spiritualité   Spiritualité & Mystique

Saints - Thérèse de Jésus - Prières - Vierge Marie - Dieu seul

Spiritualité
& Mystique

Vierge Marie
Nativité
Louanges
Divine Sagesse
Annonciation
Assomption

Louanges de la Vierge Mère

  On sera peut-être d'un autre avis. On pourrait soutenir, par exemple, que Joseph eut les soupçons naturels d'un homme, que par justice il ne voulut pas habiter plus longtemps avec elle, mais que par bonté il se refuse à la dénoncer et préféra la faire partir en secret. Je répondrai brièvement que même ainsi les doutes de Joseph auraient eu leur justification, puisqu'ils lui valurent l'oracle qui lui rendit confiance. Il est écrit en effet : "Tandis qu'il méditait ce projet (de la renvoyer), un ange lui apparut en songe et lui dit : "Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre Marie pour femme. Car ce qui est né en elle est l'ouvrage du Saint-Esprit" (Mt 1,20).

Voilà donc les raisons pour lesquelles Marie fut fiancée à Joseph, ou plutôt, selon les termes de l'Evangéliste, "à un homme dont le nom était Joseph". Il l'appelle «un homme», non pas parce qu'il était son mari, mais parce que c'était un homme de vertu. Ou encore, selon un autre Evangéliste, qui ne l'appelle pas seulement «un homme» mais «l'époux de Marie», on lui donne le nom de mari parce qu'il paraissait l'être, de même que, sans être le père du Sauveur, il en mérita le titre. Le même Evangéliste dit en effet : "Jésus avait environ trente ans au commencement de son ministère, et il était, croyait-on, le fils de Joseph" (Lc 3,23). Cependant, il ne fut ni le mari de la Mère ni le père du Fils, bien que par une volonté manifeste et nécessaire de la Providence il ait passé un temps pour être l'un et l'autre.

Dieu lui fit cet honneur de permettre qu'on le crût et l'appelât le père de Dieu. Même si cette désignation répondait à un plan providentiel, on peut en conclure que Joseph fut un homme de haute valeur, et cela se déduit également de son nom, qui signifie «accroissement». Rappelez-vous aussi le grand patriarche, vendu jadis en Egypte (Gen 37,27), de qui Joseph n'a pas hérité seulement le nom, mais la chasteté, l'innocence et les grâces. Le premier Joseph, vendu par ses frères jaloux et emmené en Egypte préfigura manifestement le Christ vendu par Judas ; et c'est le second Joseph qui, fuyant la haine d'Hérode, emmena le Christ en Egypte (Mt 2,14). Le premier, par fidélité à son maître, repoussa les avances de la femme de ce maître ; le second, chaste lui aussi, respecta la virginité de son épouse, mère de son Seigneur. Le premier reçut le don d'intelligence des songes (Gen XL et XLI), le second eut le privilège de connaître les secrets du ciel et d'y avoir sa part (Mt 1,20). L'un amassa du grain non pas pour lui-même, mais pour tout le peuple ; et le pain vivant venu du ciel fut confié à l'autre qui eut à le garder à la fois pour lui-même et pour l'univers entier. Il n'y a pas de doute, ce Joseph à qUi était fiancée la Mère du Sauveur était un homme bon et fidèle. Il fut ce serviteur sûr et avisé, dont le Seigneur fit le soutien de sa propre mère, le nourricier de son propre corps, et l'unique auxiliaire terrestre de son grand ouvrage.

Il faut rappeler ici que, selon notre texte, il était de la maison de David. Et en vérité, Joseph, était issu de la race royale de David. De noble naissance et d'âme plus noble encore, il n'était pas un fils indigne de David. Autant que par la chair, il était fils de David par la sainteté, la foi, la piété. Le Seigneur trouva en lui un second David selon son coeur, à qui il pût en toute sécurité confier ses desseins les plus secrets. Il lui révéla, comme à un autre David, la part occulte de sa sagesse (Ps L,8), et lui découvrit un mystère que n'a connu aucun des maîtres de ce monde. Il lui permit de voir et d'entendre ce que tant de rois et de prophètes, malgré leur désir, ne purent ni voir, ni entendre (Mt 13,17) ; mieux encore, il le lui fit porter, conduire, embrasser, couvrir de baisers, nourrir, protéger. On peut croire, d'ailleurs, que Marie, comme Joseph, descendait de la race de David, car sinon elle n'eût pas été fiancée à un homme de cette maison. Ils appartenaient donc tous deux à la maison de David, mais en Marie s'accomplit la promesse faite jadis par le Seigneur à David, tandis que Joseph n'est que le témoin de cet accomplissement.

Le nom de la Vierge était Marie